Métamorphose du travail et ses conséquences

Vendredi 12 juin 2020 Le Cnam – Amphi Abbé Grégoire

292 rue Saint Martin 75003 Paris

Le travail est une activité essentielle à la socialisation, source de reconnaissances multiples, de possible épanouissement des sujets concernés, et productrice de solidarités.

Or son essence, son exercice, sa place, sa valeur vont être affectés par les transitions en cours, et plus particulièrement celles numérique, écologique et institutionnelle qui prolongent d’autres transitions plus anciennes mais non achevées comme la transition démographique.

La Société Française de Prospective a réalisé un exercice de prospective sur l’avenir du travail.

 

Il serait facile de n’envisager la métamorphose du travail que sous l’angle des évolutions technologiques susceptibles de modifier fortement les conditions mêmes du travail, que ce soit pour le pire – travail à la demande, précaire et sous-rémunéré – ou pour le meilleur – au service d’un travail humain augmenté, plus impliquant, plus engagé, plus porteur de sens, d’éthique, de qualité et de créativité. Or pour appréhender l’avenir du travail, il est important de croiser évolutions technologiques, choix politiques et organisationnels des entreprises et des Etats et, surtout, les mouvements sociétaux.

Le printemps de la Prospective de la Société Française de Prospective est consacré cette année à la présentation de cet exercice de prospective sur l’avenir du travail et à la mise en débat du diagnostic réalisé et des préconisations émises.

Ce 8ème Printemps de la Prospective a notamment pour objectif de répondre aux interrogations suivantes : Quelle sera la place du travail dans les prochaines décennies ? Quel sens aura-t-il dans la société de demain ? Comment sera-t-il exercé ?

Quelle place la personne peut avoir dans ce monde en changement ? Quel rôle peut-elle avoir dans son développement ? Quelle utilité sociale peut-elle avoir ?

Quelle place la personne peut avoir dans ce monde en changement ? Quel rôle peut-elle avoir dans la transformation du travail ? Quelle utilité sociale peut-elle avoir ?

Programme

8h30 – 9h00

Accueil des participants

Le colloque aura lieu dans l’Amphi Abbé Grégoire.

L’entrée la plus proche se trouve au 292 rue Saint Martin 75003 Paris

9h00 – 9h15

Ouverture

Jean-Eric Aubert, Président de la Société Française de Prospective

Philippe Durance, Titulaire de la chaire de Prospective et Développement durable des entreprises, des territoires et des réseaux au CNAM.

9h15 – 10h45

Métamorphose du travail

Présentation de l’exercice de prospective réalisé « Métamorphose du Travail » : Christine Afriat, Vice-Présidente de la SFdP

Marc Malenfer, Chargé de mission Veille et prospective à l’INRS

Gérard Valenduc, Chercheur associé à l’Institut syndical européen et à la Chaire Travail-Université de Louvain

Echange avec la salle.

10h45 – 11h00

Pause-café

11h00 – 12h30

Et à l’étranger comment est appréhendé la métamorphose du travail ?

Session animée par Sandrine Foulon, Journaliste à Alternatives Economiques

Cyril Cosme, Directeur de l’OIT pour la France

Philippe Pochet, Directeur général d’ETUI et professeur à l’université de Louvain

Clément Séhier, Enseignant-chercheur à l’Institut Mines Télécom Lille-Douai

Échanges avec la salle.

12h30 -14h00

Déjeuner libre

14h – 15h00

Comment concilier temps et organisation du travail pour une redéfinition des termes du débat ?

Le temps de travail doit être compris dans son acception sur le lieu de travail, dans l’entreprise ou en dehors, comme tout au long de la vie.

Session animée par Alain Petitjean, directeur du Centre d’études et de prospective du Groupe ALPHA

Jean-Luc Léger, Président du CESER de Normandie

Odile Chagny, Economiste à l’Institut de recherches économiques et sociales, animatrice du réseau Sharers & Workers

Jean-Yves Boulin, Sociologue, chercheur associé à l’IRISSO (Université Paris Dauphine, PSL, CNRS)

Échanges avec la salle.

15h – 16h00

Avenir des compétences, dépendance par rapport à l’employeur et protection, quels enjeux ?

Les mutations de la Société ont une incidence sur le rapport au savoir, le lien de subordination et le besoin de protection qu’il faut probablement repenser.

Session animée par Eric Hauet, trésorier de la SFdP et par Emily Lecourtois, responsable stratégie chez Smart coopérative

Armelle Bourden, Directrice de l’emploi ; des compétences et des parcours professionnels chez Orange

Bernard Gazier, Professeur émérite des sciences économiques à l’université de Paris I

Fabienne Goux-Baudiment, Directrice de Progective

Échanges avec la salle.

16h00 – 17h30

Travail et société de demain : le point de vue des partenaires sociaux

Session animée par Jean-Christophe Sciberras, Directeur des relations sociales du groupe Axa

Jean-Luc Molins, Secrétaire national de l’UGIT-CGT

Laurent Mahieu, Secrétaire général de la CFDT Cadres

Francis Petel, En charge de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle à la CGPME

Elisabeth Tomé-Gertheinrichs, Directrice-générale adjointe en charge du pôle social au MEDEF

Échanges avec la salle.

17h30

Propos conclusifs

Session de conclusion sous la présidence de Jean-Eric Aubert, président de la SFdP

Inscription en ligne

Le Printemps de la prospective en images

L’équipe organisatrice

Aubert Jean-Eric, Président

Jean-Eric Aubert, docteur en mathématiques appliquées et Diplômé d’études supérieures en sciences économiques, Jean-Eric AUBERT est président de la Société Française de Prospective. Il a eu une carrière de fonctionnaire international au sein de l’OCDE (1973-2000) et de la Banque mondiale (2000-2009). Il est depuis une dizaine d’années consultant auprès de diverses organisations internationales. Spécialiste des politiques scientifiques et technologiques et des stratégies de développement, il a travaillé comme conseil et évaluateur auprès des gouvernements dans plus de cinquante pays de tout niveau de développement. Il porte une attention particulière aux aspects culturels qui influencent les capacités d’innovation des sociétés, et a publié récemment « Cultures et systèmes d’innovation » (Presses des Mines, 2017), un ouvrage dans lequel il restitue son expérience de terrain. Il est président de la Fondation 2100 et de l’association Prospective 2100.

Christine AFRIAT

Christine AFRIAT, docteur en sciences économiques, est spécialiste de la prospective, de l’évolution des métiers et des compétences et auteur de plusieurs ouvrages sur ces thèmes. Après avoir été responsable de la prospective sociale et territoriale au Centre d’études et de prospective dirigé par Thierry Gaudin du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, elle a rejoint le Commissariat général du Plan pour animer le groupe interministériel « Prospective des métiers et des qualifications ». Elle a été chef de la mission « Analyse des relations sociales » à la Direction générale des ressources humaines du ministère de l’Éducation nationale et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Elle est membre du réseau Emploi Compétences piloté par France Stratégie. Elle est expert pour la France dans le réseau européen des administrations publiques (EUPAN) des 27 Etats membres de l’Union européenne. Elle est vice-présidente de la Société Française de Prospective (SFdP) et anime sa commission « Prospective des organisations ». Elle a coordonné l’ouvrage La Grande Transition de l’Humanité, paru en novembre 2018 aux éditions FYP.

Eric Hauet, Trésorier

Éric HAUET, diplômé de l’ENSAE (1987), de l’IEP de Paris (1989) et titulaire d’un DEA dans le domaine de la statistique appliquée à la santé (Paris XI-INSERM 1992), est responsable du Pôle « Données et productions régulières » de l’Observatoire des Sciences et Techniques au sein du Haut Conseil de l’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (Hcéres). Il a occupé diverses fonctions au sein du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il a notamment été délégué de la France auprès du Comité des Politiques Scientifiques et Technologiques de l’OCDE (CPST). Il a participé à diverses recherches dans le domaine de l’économie de la santé au sein de laboratoires relevant du CNRS, de l’INSERM, de l’INED et de l’EHESP. Il est membre du conseil d’administration et trésorier de la Société Française de Prospective (SFdP).

Évelyne BERTIN

Évelyne BERTIN, de formation pluridisciplinaire (sciences économiques, psychologie clinique et prospective industrielle), est spécialisée en Éthique appliquée et en Sécurité humaine. Elle a cocréé la méthode Dignité Humaine Performance Numérique (DHPN) qui permet de sécuriser les actions et les interactions dans le monde numérique. Elle accompagne les personnes et les organisations dans leur transformation et leur mutation. Psychanalyste, membre de la Société de Psychanalyse Freudienne, elle anime le séminaire « Humanité et éthique dans le monde digital ». Elle mène actuellement des travaux de recherche sur la pensée et l’action dans la complexité. Elle est auteur de l’ouvrage « Développer le capital humain de l’entreprise » publié en 2004 chez EMS.

Présentation des intervenants

Philippe Durance

Philippe Durance, docteur en sciences de gestion, il est titulaire de la chaire de Prospective et développement durable du Conservatoire national des Arts et métiers (Cnam) et chercheur au Laboratoire interdisciplinaire de recherche en sciences de l’action (Lirsa). Ses recherches et ses enseignements au CNAM portent principalement sur les discours et les pratiques de l’action ; elles mobilisent des références philosophiques, historiques et prospectives pour questionner le management des organisations et ses représentations, ainsi que les contradictions posées à l’action publique et collective.

Marc Malenfer

Marc Malenfer, a fait des études de sciences humaines et d’histoire, puis de gestion des risques. Après avoir travaillé au ministère de l’agriculture et en agence de conseil en marketing et communication, il rejoint l’Institut National de recherche et de Sécurité. Il a d’abord assuré des fonctions de la communication puis de la gestion de projets de prévention. Il est actuellement chargé de mission Veille et Prospective. A ce titre, il a travaillé sur les thèmes de l’ubérisation et de l’économie circulaire. Ses travaux sont disponibles en ligne : www.inrs.fr/prospective

Gérard Valenduc

Gérard Valenduc est actuellement chercheur associé à l’Institut syndical européen (ETUI) et à la Chaire Travail-Université (UCLouvain). Jusqu’à sa retraite en 2017, il a dirigé le Centre de recherche de la Fondation Travail-Université et il a été professeur invité à l’Université de Namur et à l’Université de Louvain-la-Neuve. Il est docteur en sciences. Pendant plus de trente ans, il a développé des recherches sur les interactions entre l’innovation technologique, la qualité du travail, les transformations de l’emploi et l’organisation de la société. Il a col­laboré activement avec le monde syndical belge et européen – et c’est d’ailleurs dans le cadre des activités de prospective de l’Institut syndical européen qu’il continue à s’intéresser aux relations entre la digitalisation de l’économie, le travail et l’emploi.

Cyril Cosme

Cyril Cosme, diplômé de Sciences Po Paris et ancien élève l’Ecole Nationale d’Administration, il est Directeur du Bureau de l’OIT pour la France depuis 2014. Il a débuté sa carrière au Ministère du travail français à la Direction des Relations du Travail. En 2000, il a rejoint le Secrétariat général aux affaires européennes. Après un passage au Cabinet du Ministre du travail, il a été Conseiller pour les affaires sociales, puis Chef du service emploi, affaires sociales et santé à la Représentation permanente de la France auprès de l’UE à Bruxelles. En 2009, il a été nommé Conseiller pour les affaires sociales auprès de l’Ambassade de France à Washington. En 2012 il a repris ses fonctions au sein des ministères sociaux en qualité de Délégué aux Affaires Européennes et Internationales.

Clément Séhier

Clément Séhier est économiste, maître-assistant associé à l’Institut Mines Télécom Lille-Douai, et membre du laboratoire CLERSE (université de Lille, CNRS). Ses recherches portent sur l’économie chinoise contemporaine, et en particulier sur l’évolution du rapport salarial et de l’industrie. Il s’intéresse également à l’insertion de la Chine dans les chaînes globales de valeur, aux investissements chinois en Asie du Sud-est, et aux dispositifs de « responsabilité sociale » des entreprises multinationales.

Alain Petitjean

Alain Petitjean, diplômé d’HEC, dirige le Centre d’études et de prospective du Groupe ALPHA. Il a précédemment dirigé Les Échos Études (études sectorielles), SODIE (reclassement de personnels et revitalisation de territoires) et SEMAPHORES (conseil aux acteurs publics). Il est spécialiste d’économie industrielle et d’analyse financière et stratégique. Il a dirigé différents travaux de prospectives sectorielles (banque, luxe, métallurgie, aéronautique) ou territoriales (Régions Grand Est, Languedoc-Roussillon, Pays d’Arles, Mulhouse…). Sa dernière publication est une étude sur le Coût du capital de 2008 à 2017

Jean-Luc Léger

Jean-Luc Léger, après des études d’administration économique et sociale (AES) et de Sciences de l’éducation est recruté en qualité de délégué départemental des Francas de l’Orne puis il deviendra délégué régional des Francas de Basse-Normandie. En 2001, il devient directeur de services (petite enfance, enfance, jeunesse, scolaire et sports) à Val-de-Reuil. Il est ensuite directeur de l’action sociale à la communauté de communes de Pont-Audemer. Il est st mandaté par le CRAJEP pour siéger au CESR de Haute-Normandie. Il deviendra en 2016, président du CESER de Normandie. Il met particulièrement en avant les questions relatives aux coopérations interrégionales, au développement des territoires et aux problématiques maritimes et portuaires. Par ailleurs, il est dirigeant d’une société de conseil « Jean-Luc Léger Consultant », spécialisé dans le conseil des politiques sociales et éducatives.

Odile Chagny

Odile Chagny, est économiste. En 2014, elle rejoint l’institut de recherche et d’étude au service des organisations syndicales (IRES) ; Elle a travaillé à l’OFCE (Sciences-Po), au Commissariat Général du Plan, à France Stratégie, à la DARES et au Cabinet de conseil Groupe Alpha. Depuis une dizaine d’année, elle travaille au service des acteurs syndicaux et des représentants du personnel. Elle a fondé, en collaboration avec l’association ASTREES, le réseau Sharers & Workers, une démarche de connexion d’acteurs autour des enjeux de recomposition du travail liés à la transformation numérique et en particulier l’économie des plateformes. Ce réseau est actif en France depuis 2015 et à l’échelle européenne, en coopération avec la Confédération Européenne des Syndicats depuis 2018.

Jean-Yves Boulin

Jean-Yves Boulin, Sociologue, chercheur associé à l’IRISSO (Université Paris Dauphine, PSL, CNRS) et Vice-Président de l’Association Tempo Territorial. Il a mené de nombreuses études sur le temps de travail en France et en Europe et sur l’articulation entre temps de travail et temps sociaux. Il a également contribué à diffuser les politiques temporelles locales en France et dans plusieurs pays européens.

Emily Lecourtois

Emily Lecourtois, diplômée du master 2 « Direction de projets culturels » de l’Institut d’Études Politiques de Grenoble, est responsable du développement de la coopérative de travail européenne SMart (Société Mutuelle pour Artistes et travailleurs autonomes). Elle a dirigé pendant dix ans « La Petite », structure toulousaine de développement artistique. Elle initie et copréside le cluster « MA Sphère » fédérant une quinzaine d’entreprises culturelles et créatives dans le but de renforcer leur capacité d’innovation. Elle intervient sur des missions de structuration de projets dédiés au développement du secteur culturel au sein de l’agence d’ingénierie culturelle « le Troisième pôle ».

Fabienne Goux-Baudiment

Fabienne Goux-Baudiment, diplômée de sciences politiques et docteur en sociologie, est responsable du cabinet proGective, centre d’étude, de recherche et de conseil en prospective. Prospectiviste de formation et de métier, elle est fortement engagée dans la communauté internationale de la prospective (ancien président de la World Futures Studies Federation (2005-2009) et de la Société Française de Prospective (2013-2016)). Elle s’intéresse plus particulièrement à l’anticipation (deep thinking), l’innovation de rupture, la « Grande Transition » et le désilotage décisionnel. Elle a été nommée personnalité qualifiée de la Section Prospective du Conseil Economique, Social et Environnemental Régional d’Ile-de-France en 2014. Son prochain livre, à paraître en 2017, est consacré à la Grande Transition.

Bernard Gazier

Bernard Gazier, professeur émérite de sciences économiques à l’université Paris 1.est spécialiste d’économie du travail. L’essentiel de ses travaux porte sur l’étude des transitions personnelles et professionnelles. Il a développé, avec d’autres chercheurs européens, une perspective de réforme du marché du travail et de la protection sociale : les « Marchés Transitionnels du Travail » qui vise à construire un ensemble cohérent de dispositifs de sécurisation active. Ses travaux récents portent sur la mesure de la diversité des formes d’emploi, le dialogue social territorial et la protection des travailleurs indépendants. Il a publié « Refonder le système de protection sociale aux Presses de Sciences en 2014, La diversité des formes d’emploi pour le Compte du Conseil national de l’information statistiques en 2016, « Afterword: Conditions for a new social dialogue in Europe, in Semenza R. et Pichault F. (dir.), The Challenges of Self-Employment in Europe, Edward Elgar en 2019 et « Opportunities or Tensions: Assessing French Labour Market Reforms from 2012 to 2018 », International Journal of Comparative Labour Law and Industrial Relations en 2019

Armelle Bourden

Armelle Bourden, diplômée de l’école d’ingénieurs du CESI, Directrice de programme stratégique RH Orange Groupe. Après avoir été directrice Orange Sud-Ouest puis directrice Entreprises Rhône Alpes Auvergne – Orange Business Services. Elle accompagnait les entreprises dans leur projet d’évolution digitale. Elle travaille actuellement sur un programme de transformation RH pour soutenir le plan stratégique du groupe Engage 2025 avec notamment la mise en œuvre d’un SIRH intégré pour accompagner le parcours professionnel des salariés (Je candidate et intègre mon équipe, je me développe sur mon métier, j’évolue). Sous le sponsorship DRH Orange Groupe.

Jean-Christophe Sciberras

Jean-Christophe Sciberras, est diplômé de Sciences-Po Paris, titulaire d’une maîtrise de sciences économiques, d’une maîtrise de droit public et d’un DEA de droit social. De 1991 à 1993, il devient conseiller technique au cabinet de Martine Aubry, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle. En 1994, il rejoint Renault où il occupe successivement les postes de chef du service de la règlementation et du droit du travail, directeur des relations sociales groupe, directeur des ressources humaines et affaires juridiques pour l’Amérique latine, directeur des ressources humaines des centres d’ingénierie en France. Après un passage en 2008 comme directeur général adjoint de Pôle Emploi en charge des ressources humaines, il entre chez le chimiste Rhodia (aujourd’hui Solvay). Il devient directeur des ressources humaines France et directeur des relations sociales et de l’innovation sociale du groupe Solvay. En 2019, il rejoint AXA en qualité de directeur des relations sociales du Groupe. Il a été président de l’Association nationale des DRH (de 2010 à 2014).

Jean-Luc Molins

Jean-Luc Molins, titulaire d’une licence de sciences physiques, il débute sa carrière à France Télécom. Il est inspecteur technique dans le domaine des transmissions numériques. Après avoir été membre de la direction de la fédération CGT Poste et Télécoms pendant 15 ans, il rejoint en 2011 l’UGICT-CGT comme secrétaire national. Il y anime notamment le pôle cadre et le travail sur le numérique. Membre de la mission Mettling en 2015, il contribue à la mise en place du droit à la déconnexion. Il représente actuellement Eurocadres aux négociations européennes sur le numérique et le travail qui ont débuté à Bruxelles en juin 2019. Il est administrateur et trésorier de l’APEC.

Francis Petel

Francis Petel, professeur affilié à ESCP Europe, directeur scientifique du diplôme Manager dirigeant dans les Départements d’Outremer, est Vice-Président de la Commission Nationale Education Formation Emploi de la CPNE. Il a présidé le CSWG (cross sectoral working group) du projet ESCO (European Skills, Competencies and Occupations) été chargé de l’identification des compétences transversales et de la coordination les compétences transférables identifiées dans les groupes sectoriels (31 groupes). Il est membre de la Commission de France compétences en charge de la Certification Professionnelle représentant la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) et membre du Réseau emploi compétences de France Stratégie.

Laurent Mahieu

Laurent Mahieu, diplômé de l’Institut Industriel du Nord (École Centrale de Lille), est embauché par la RATP après deux années d’enseignement technique au Maroc comme coopérant à la RATP, il assume plusieurs mandats de DS, DP et CE. En 2003, il rejoint le secrétariat national de la CFDT Cadres (secrétaire général adjoint de 2009 à 2013). Il a en charge notamment les dossiers relatifs aux conditions de travail, à l’emploi des jeunes et des seniors, au télétravail et au TIC, à la QVT ainsi que la syndicalisation des cadres. Il est administrateur de l’APEC et de l’ANACT. En 2010, sur proposition de la CFDT, il est nommé en 2010, par le ministre en charge de l’Enseignement supérieur, à la Commission des Titres d’Ingénieur. De 2014 à 2018, il en assume la présidence. Il est élu Secrétaire général de la CFDT Cadres au Bureau national de la Confédération en 2018. Il préside le Conseil d’Administration de CESI.

Informations pratiques

Vendredi 12 juin 2020

Le Cnam – Amphi Abbé Grégoire
292 rue Saint Martin 75003 Paris

16 - Abbé Grégoire - Plan CNAM Paris -

Dans le cadre de ce colloque, la SFdP pourra être amené à faire des photographies le jour de l’évènement. Les photos réalisées seront utilisées pour valoriser l’évènement sur les supports d’information de la SFdP. Si vous ne souhaitez pas être photographié(e), vous avez la possibilité de l’indiquer lors de votre inscription.

Blog du Printemps

Livres

Le travail en mouvement, Emilie Bourdu, Michel Lallement, Pierre Veltz, Thierry Weill, Les colloques de Cerisy, Presses des Mines, 2019
Le travail au XXIème siècle, Alain Supiot, Les éditions de l’Atelier, 2019

Rapports

Le futur du travail en 2030 : quatre atmosphères ? François-Xavier De Vaujany, Amélie Bohas, Sabine Carton et Julie Fabbri, novembre 2018
The Global Risks Report 2020, World Economic Forum
Pour travailler à l’âge du numérique, défendons la coopérative ! Jérôme Giusti , Thomas Thevenoud, janvier 2020
L’AVENIR DU TRAVAIL, Perspectives de l’emploi de l’OCDE 2019
Les jeunes et l’avenir du travail, Dominique Castéra, Nicolas Gougain , Avis du CESE, section du travail et de l’emploi, Mars 2019
Rapport « La diversité des formes d’emploi », : Bernard Gazier, CNIS, mars 2016
2030, l’Odyssée de l’espace de travail, Colliers International, janvier 2020
Economie circulaire en 2040, quels impacts en santé et sécurité du travail ? Quelle anticipation ? INRS, Avril 2019
Plateformisation2027, conséquences de l’ubérisation, INRS, janvier 2018
Travailler pour bâtir un avenir meilleur, OIT, janvier 2019

Articles

Opportunities or Tensions : Assessing French Labour Market Reforms from 2012 to 2018, Bernard Gazier
Should digital labour platforms be treated as private employment agencies? Valerio De Stefano, Mathias Wouters, ETUI, n°07, April 2019
La fin du travail n’est pas pour demain, Gérard Valenduc, Patricia Vendramin, ETUI, n°6, mars 2019
Les plateformes de travail numériques doivent-elles être traitées comme des agences d’emploi privées ? Valério De Stefano, Mathias Wouters, ETUI, n°07, Avril 2019
Concilier deux futurs, Philippe Pochet, ETUI, n°03, novembre 2017
Et le travail dans tout ça ? Odile Chagny, 6juin 2016, Métis
Façonner le monde du travail dans l’économie digitale, Chrsitophe Degryse, ETUI, n°01, janvier 2017
Quand l’intelligence artificielle redistribue les cartes du monde du travail, Aída Ponce Del Castill, ETUI, n°5, janvier 2018
L’effet de l’automatisation sur l’emploi : ce qu’on sait et ce qu’on ignore, Nicolas Le Ru, La note d’Analyse n°49, France Stratégie, juillet 2016
Travail et emploi : pour une pensée plurielle, Jean-Louis Dayan, Métis, décembre 2019
Les plateformes numériques et l’avenir du travail, Michèle Tallard, Métis, Métis, novembre 2019